Accueil
Réseaux
Guerillas
FFI
Témoignage
Ce site est dédié à tous ceux qui ont dit non à la barbarie nazie et plus particulièrement à mon grand-père, ancien FFI, décédé à 85 ans le 11 mars 2005. Pour ne jamais oublier...


S
ymbole de longévité et d'espérance
, l'olivier est réputé éternel. Ainsi le décrit Hérodote " L'olivier fut brûlé dans l'incendie du temple par les barbares; mais le lendemain de l'incendie, quand les Athéniens, chargés par le roi d'offrir un sacrifice, montèrent au sanctuaire, ils virent qu'une pousse haute d'une coudée avait jailli du tronc ". Dans tout le bassin méditerranéen, on rencontre des oliviers millénaires, et parfois même réputés pluri-millénaires. Il est le témoin de notre histoire et l'accompagne à chaque instant.


S
ymbole de paix et de réconciliation, le rameau d'olivier est choisi par Dieu pour signifier à Noé que le Déluge est fini et que la décrue commence, symbole du pardon.

S
ymbole de victoire
, l'olivier est un cadeau chargé d'une signification gratifiante lors des jeux olympiques à Athènes. Couronne d'olivier et jarres d'huile d'olive sont ainsi offertes aux vainqueurs.

S
ymbole de force
, l'olivier est réputé pour son bois très compact, très lourd et très dur. C'est en bois d'olivier que sont faites les massues d'Hercule et c'est avec un pieu en bois d'olive qu'Ulysse terrasse le Cyclope dans l'Odyssée.

S
ymbole de fidélité, c'est en bois d'olivier qu'est fait le lit d'Ulysse et Pénélope, lit qui n'accueillera aucun des nombreux prétendants au royaume d'Ithaque, durant les vingt ans d'absence du héros grec.

La Résistance désigne l'ensemble des actions de partisans menées en Europe contre l'Allemagne de Hitler et l'Italie de Mussolini au cours de la Seconde Guerre mondiale, et les mouvements politiques et militaires clandestins qui y prirent une part prépondérante. En France, la Résistance s'oppose à la fois à l'occupant allemand et au régime de collaboration de Vichy. La Résistance est le fait d?abord d'un état d'esprit d'opposition aux régimes totalitaires qui dominent alors l'Europe, puis elle s'organise en réseaux dont les modalités d'action différeront selon les sensibilités et les situations nationales, mais qui, tous, convergent vers un seul but: abattre le Reich nazi et l'État fasciste.

Naissance de l'action clandestine De 1940 à 1944, l'Allemagne hitlérienne domine le continent européen. L'ambition de Hitler est de modeler autour du grand Reich germanique (Grossdeutschland) une Europe inféodée, contrainte de mettre ses richesses humaines et économiques à sa disposition. Mais la nazification de l'Europe se heurte dans tous les pays à des actes de résistance, qui vont aller en s'amplifiant au fur et à mesure du durcissement des conditions d'occupation et de l'amélioration de l'organisation des réseaux de résistants.

On compte alors une dizaine de pays occupés: Pologne, Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, France, Yougoslavie, Grèce, territoires envahis de l'Union soviétique. Les régimes d'occupation varient néanmoins beaucoup, depuis l'occupation «douce» du Danemark jusqu'à la férule cruelle tenue sur la Pologne dépecée et réduite au «Gouvernement général» ou sur l'Ostland (Biélorussie et pays baltes) et l'Ukraine, régions administrées par des Reichskommissare. La France, coupée en deux zones a deux capitales, Vichy, où s'est établi le gouvernement du maréchal Pétain, et Paris, où règnent les autorités militaires et civiles du Reich.

Seules la Grande-Bretagne et l'Union soviétique échappent à l'emprise nazie: l'URSS, de 1939 à 1941, parce qu'elle est l'alliée de l'Allemagne; la Grande-Bretagne, qui non seulement accueille sur son sol, à partir de l'été 1940, tous ceux qui sont décidés à poursuivre à ses côtés la lutte contre Hitler, mais qui devient la plaque tournante de l'action subversive menée sur les arrières de l'ennemi.

En 1941, l'entrée en guerre de l'Union soviétique, en enlevant à Londres l'exclusivité de l'aide aux mouvements clandestins, modifie la position des résistants sur le continent. Moscou devient l'autre capitale symbolique de la Résistance en Europe, bien que ses consignes s'adressent par priorité aux partis communistes lancés dans le conflit par la direction du Komintern. Cela entraîne de sérieuses divergences tactiques: pour les Soviétiques, en effet, il importe d'intensifier les actions de guérilla, les attentats et les sabotages, alors que les Britanniques préfèrent, en accord avec les gouvernements en exil, limiter ces actions afin d'éviter des représailles meurtrières contre les populations civiles. Désormais, les difficultés ne cesseront pas entre les tuteurs occidentaux de la Résistance – SOE (Special Operations Executive) britannique, créé dès juillet 1940, auquel s'ajoute en 1942 un organisme américain, l'OSS (Office of Strategic Services) – et l'URSS, la Pologne étant la principale victime de ces divisions.

Encyclopédie Microsoft® Encarta® 2000. © 1993-1999 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.